English [en]   Deutsch [de]   français [fr]   日本語 [ja]   polski [pl]   русский [ru]  

L'original de cette page est en anglais.

Les problèmes de HESSLA

La HESSLA est une licence de code source qui essaie de poser des restrictions sur l'usage et la modification des logiciels en vue d'une conduite éthique. Elle restreint les tâches qu'on peut effectuer avec leur aide, et elle restreint de manière importante ce que peuvent faire les versions modifiées ; ce n'est donc pas une licence de logiciel libre. Ironie du sort, la communauté des personnes les plus susceptibles d'avoir de la sympathie pour les buts de la HESSLA ne peut pas contribuer aux logiciels régis par cette licence sans violer ses propres principes.

Les restrictions énoncées dans la HESSLA interdisent certaines activités qui sont inexcusables : violations des droits de l'homme et introduction de fonctionnalités qui espionnent l'utilisateur. On pourrait se demander pourquoi nous ne faisons pas une exception pour ces restrictions particulières (pourquoi nous nous accrochons à la politique générale de rejeter toute restriction sur l'usage des programmes ou les fonctionnalités de leurs versions modifiées) ?

Si jamais nous devions faire une exception aux principes du logiciel libre, c'est ici que nous la ferions. Mais ce serait une erreur car cela nuirait au mouvement du logiciel libre sans résultat tangible. Essayer d'arrêter ces activités particulières avec une licence de logiciel est soit superflu, soit inefficace.

En ce qui concerne les versions modifiées, les restrictions de la HESSLA sont superflues. En général, la GNU GPL constitue une protection suffisante contre les fonctionnalités qui violent la vie privée car elle garantit que quelqu'un peut se procurer le code source, trouver la fonctionnalité d'espiogiciel [spyware], puis publier une version améliorée qui en soit dépourvue. Les utilisateurs peuvent alors migrer vers cette version s'ils ne veulent pas que leurs informations personnelles soient divulguées.

Quant à la restriction d'utilisation du logiciel par les gouvernements qui violent les droits de l'homme, elle est probablement inefficace. Il y a beaucoup d'autres programmes qu'ils peuvent utiliser. Par ailleurs, du moins dans la loi américaine, une licence de code source basée sur le copyright ne peut restreindre l'utilisation d'un programme ; de toute manière, on ne peut pas faire respecter une telle restriction, et quoi qu'il en soit, ils peuvent simplement décider qu'ils en sont exemptés.

[logo de la FSF]« Notre mission est de préserver, protéger et promouvoir la liberté d'utiliser, étudier, copier, modifier et redistribuer les programmes informatiques, et de défendre les droits des utilisateurs de logiciel libre. »

La Fondation pour le logiciel libre (FSF) est le principal sponsor institutionnel du système d'exploitation GNU. Soutenez GNU et la FSF en achetant des manuels et autres, en adhérant à la FSF en tant que membre associé, ou en faisant un don, soit directement à la FSF, soit via Flattr.

Haut de la page