English [en]   français [fr]   русский [ru]  

Grâce à votre soutien, 2015 marque les 30 ans de la FSF. Au cours des 30 ans à venir, nous voulons défendre encore mieux les droits des utilisateurs de l'informatique. Pour passer à la vitesse supérieure, nous avons donné à notre collecte de fonds un objectif sans précédent : 525 000 $ au 31 janvier. En savoir plus.

525K
30% (159K)
Je participe

L'original de cette page est en anglais.

Entretien avec Richard Stallman, Édimbourg, 2004

Transcription d'un entretien avec Richard Stallman qui a eu lieu à l'école d'informatique de l'université d'Édimbourg le 27 mai 2004 ; publié à l'origine sur Indymedia.

Quelqu'un ne consacre pas sa vie entière à développer une nouvelle forme de liberté sans croyances préexistantes qui le conduisent à le faire. Qu'est-ce qui vous a conduit à passer autant de temps sur les libertés liées aux logiciels ?
Tout d'abord, élevé aux États-Unis dans les années 1960, j'ai certainement été exposé aux idées de liberté, puis dans les années 1970 au MIT, j'ai travaillé comme membre d'une communauté de programmeurs qui coopéraient et réfléchissaient sur la signification éthique et sociale de cette coopération. Quand cette communauté s'est éteinte au début des années 1980, le monde du logiciel privateur,1 auquel la plupart des utilisateurs d'ordinateurs de cette époque contribuaient, ne m'inspirait par contraste que du dégoût moral. J'ai donc décidé d'essayer de recréer une communauté de coopération. J'ai réalisé que tout ce que m'apporterait une vie de compétition axée sur le contrôle des autres (c'est ça, l'univers du logiciel non libre), c'est de l'argent ; j'aurais une vie que je détesterais.
Pensez-vous que le mouvement du logiciel libre, ou certaines de ses parties, pourraient tirer, ou tirent, profit de collaborations avec d'autres mouvements sociaux ?
Je ne vois pas beaucoup de bénéfice direct pour le logiciel libre lui-même. D'un autre côté, nous voyons des partis politiques embrasser la cause du logiciel libre, parce que cela s'accorde avec les idées de liberté et de coopération qu'ils défendent généralement. Ainsi, en ce sens, nous commençons à assister à une contribution d'autres mouvements aux idées du logiciel libre.
Avez-vous pensé que le mouvement du logiciel libre est essentiel aux mouvements d'opposition à travers le monde qui s'opposent à la domination des entreprises, au militarisme, au capitalisme, etc. ?
Eh bien, nous ne sommes pas du tout contre le capitalisme. Nous sommes contre le fait de mettre sous contrôle les utilisateurs de l'informatique, contre une certain type de pratique commerciale. Il y a des entreprises, à la fois grandes et petites, qui distribuent du logiciel libre et qui contribuent au logiciel libre. Nous les invitons cordialement à l'utiliser, à en vendre des copies, et nous les remercions de contribuer. Néanmoins, le logiciel libre est un mouvement contre la domination, pas nécessairement contre la domination des entreprises, mais contre toute forme de domination. Les utilisateurs de logiciels ne doivent pas être dominés par les développeurs, que ces développeurs soient des entreprises, des particuliers, des universités ou autres. Les utilisateurs ne doivent pas être maintenus divisés et démunis. Et cela, c'est ce que fait le logiciel non libre ; il maintient les utilisateurs divisés et démunis. Divisés car il vous est interdit de partager des copies avec quiconque, et démunis, parce que le code source ne vous est pas fourni. Vous ne pouvez même pas dire ce que fait le programme, sans parler de le modifier. Ainsi, il y a sans aucun doute un rapport. Nous travaillons contre la domination par les développeurs de logiciels. Beaucoup de ces développeurs sont des entreprises, et quelques grosses entreprises exercent une forme de domination à travers le logiciel non libre.
Les développeurs de logiciels libres pourraient-ils fournir une infrastructure technique à ces mouvements qu'il ne serait pas possible de développer en utilisant des logiciels privateurs, ces derniers étant en effet trop chers et enfermés dans un modèle idéologique qui reflète les intérêts du système mondial dominant, basé sur la marchandisation, l'exploitation, le contrôle et la surveillance plutôt que sur le partage, la justice, la liberté et la démocratie ?
Aujourd'hui, je n'irais pas jusqu'à dire que le logiciel non libre ne pourrait pas être utilisable par les mouvements d'opposition, parce que beaucoup d'entre eux l'utilisent. C'est contraire à l'éthique d'utiliser le logiciel non libre. Parce que… Du moins c'est contraire à l'éthique d'en utiliser des copies licites, mais quelle que soit la copie, ce n'est pas une bonne chose. Vous voyez, pour utiliser une copie licite, il faut accepter de ne pas partager avec d'autres personnes ; en soi, c'est un acte contraire à l'éthique, qu'on doit refuser. C'est la raison fondamentale pour laquelle j'ai lancé le mouvement du logiciel libre. Je voulais faciliter le refus d'un acte contraire à l'éthique, accepter la licence d'un logiciel non libre. Si vous utilisez une copie illicite, alors vous n'avez pas accepté cela, vous n'avez pas commis cet acte contraire à l'éthique. Mais vous êtes toujours… vous êtes condamné à vivre caché. Et vous n'êtes toujours pas en mesure d'obtenir le code source, aussi ne pouvez-vous pas dire à coup sûr ce que font ces programmes. Et ils pourraient, de fait, exercer une surveillance. On m'a dit qu'au Brésil, l'utilisation de copies illicites était utilisée en pratique comme argument pour mettre en prison les activistes du mouvement des travailleurs ruraux sans terre, qui depuis a migré vers le logiciel libre pour échapper à ce danger. Ils ne pouvaient bien sûr s'offrir de copies licites des logiciels. Ainsi, ces choses ne sont pas en droite ligne l'une de l'autre mais il y a un parallèle et une relation croissante entre elles.
La grosse entreprise, en tant que forme sociale, est très fermée : elle ne rend de comptes à personne hormis à ses actionnaires, par exemple un petit groupe de personnes qui ont de l'argent, et son organisation bureaucratique interne est presque aussi démocratique qu'un soviet. Est-ce que l'implication croissante d'entreprises dans le logiciel libre vous apparaît comme quelque chose d'inquiétant ?
Pas directement. Parce que tant qu'un programme est un logiciel libre, cela veut dire que l'utilisateur n'est pas contrôlé par ses développeurs, que ces développeurs soient de grosses entreprises, de petites entreprises, quelques particuliers ou n'importe quoi d'autre. Tant que le logiciel est libre, ils ne contrôlent pas les gens. Cependant, la plupart des utilisateurs de logiciels libres ne les perçoivent pas en termes éthiques ou sociaux. Il existe un mouvement très efficace et très important appelé le mouvement open source, qui a été conçu spécialement pour détourner l'attention des utilisateurs de ces questions éthiques et sociales tout en parlant de notre travail. Et ils ont tout à fait réussi ; il y a de nombreuses personnes qui utilisent les logiciels libres que nous avons développés au nom de la liberté et de la coopération, et qui n'ont jamais entendu parler des raisons pour lesquelles nous l'avons fait. Ceci affaiblit notre communauté. C'est comme une nation qui est libre mais dont la plupart des membres n'ont jamais appris à attacher de l'importance à la liberté. Ils sont en situation de vulnérabilité parce que si vous leur disiez « Abandonnez votre liberté et je vous donne cette chose de valeur », ils pourraient dire « oui » parce qu'ils n'ont jamais appris pourquoi ils doivent dire « non ». Vous rapprochez cela des entreprises qui pourraient vouloir retirer aux gens leur liberté et empiéter progressivement sur elle, et vous obtenez une vulnérabilité. Et ce que nous constatons, c'est que nombre d'entreprises de développement et de distribution de logiciel libre l'empaquettent avec du logiciel non libre qui met l'utilisateur sous contrôle, tout en disant que ce logiciel dominateur est un bonus qui améliore le système. Si vous n'avez pas appris à attacher de la valeur à la liberté, vous ne voyez aucune raison de ne pas les croire. Mais ceci n'est pas un problème nouveau et il ne se limite pas aux grandes entreprises. Dans les 7 ou 8 dernières années, tous les distributeurs commerciaux du système GNU/Linux ont pris l'habitude d'inclure du logiciel non libre dans leurs distributions. C'est une chose contre laquelle j'ai essayé de lutter de différentes manières, sans beaucoup de succès. Mais, en réalité, même les distributeurs non commerciaux du système d'exploitation GNU+Linux ont inclus et distribué du logiciel non libre. Ce qui est triste c'est que, parmi les nombreuses distributions, il n'y en avait jusqu'à récemment aucune que je pouvais recommander. Aujourd'hui, j'en connais une que je peux recommander ; elle s'appelle « Ututo-e » et vient d'Argentine. J'espère pouvoir en recommander une autre très prochainement.
Pourquoi les croyances plus orientées « technique » du mouvement open source ne sont-elles pas suffisantes pour vous ?
Le mouvement open source a été créé spécialement pour se débarrasser du fondement éthique du mouvement du logiciel libre. Le mouvement du logiciel libre se fonde sur le jugement éthique que le logiciel non libre est antisocial, que c'est faire du tort aux autres. Je suis arrivé à cette conclusion avant de commencer à développer le système GNU. J'ai développé le système GNU spécialement pour créer une alternative à une manière d'utiliser le logiciel contraire à l'éthique. Quand quelqu'un vous dit « Vous pouvez avoir ce logiciel sympa, mais seulement si vous signez une promesse que vous ne le partagerez avec personne », on vous demande de trahir le reste de l'humanité. Et je suis arrivé à la conclusion, au début des années 1980, que c'était mal et que c'était faire du tort aux gens. Mais il n'y avait pas d'autre moyen d'utiliser un ordinateur moderne. Tous les systèmes d'exploitation réclamaient une trahison de cette sorte avant que vous ne puissiez en obtenir une copie. Et c'était pour obtenir un binaire exécutable. Vous ne pouviez pas du tout obtenir le code. Le binaire exécutable est juste une suite de nombres, de laquelle même un programmeur a du mal à dégager du sens. Le code source ressemble à des mathématiques, et si vous avez appris la programmation, vous êtes capable de le lire. Mais, après avoir signé la trahison, vous ne pouviez même pas obtenir cette forme intelligible. Tout ce que vous pouviez obtenir, c'était les nombres dénués de sens que seuls les ordinateurs peuvent comprendre. C'est pourquoi j'ai décidé de créer une alternative, c'est-à-dire un autre système d'exploitation, un système qui n'aurait pas ces exigences contraires à l'éthique ; un système que vous pourriez obtenir sous forme de code source, de sorte que si vous décidiez d'apprendre la programmation vous puissiez le comprendre. Vous l'obtiendriez sans trahir les autres et vous seriez libre de le communiquer à d'autres personnes – libre, soit d'en donner des copies, soit de les vendre. Alors j'ai commencé à développer le système GNU, qui au début des années 1980 constituait la plus grande partie de ce que les gens ont, par erreur, commencé à appeler Linux. Ainsi donc, tout cela existe grâce au refus, par souci éthique, de s'accommoder d'une pratique antisociale. Mais cela est sujet à controverse.

Dans les années 1990, alors que le système GNU+Linux devenait populaire et parvenait à avoir des millions d'utilisateurs, beaucoup étaient des techniciens avec des œillères techniques qui ne voulaient pas regarder les choses en termes de bien et de mal, mais seulement en termes d'efficacité et d'inefficacité. Ainsi, ils commencèrent à dire à beaucoup d'autres : voilà un système très fiable, très puissant, qui est cool et passionnant et que vous pouvez avoir à bon marché. Et ils ne mentionnaient pas que cela vous permettait d'éviter une trahison, contraire à l'éthique, du reste de l'humanité. Que cela vous permettait d'éviter d'être maintenus divisés et démunis. Ainsi, il y avait de nombreuses personnes qui utilisaient le logiciel libre mais n'avaient jamais entendu parler de ces idées. Cela comprenait des gens qui étaient dans les affaires, et dont l'approche de la vie était dénuée de morale. Aussi, quand quelqu'un a proposé le terme d'« open source », ils se sont rués dessus, pour en faire un moyen d'enterrer ces considérations d'éthique. Ils ont le droit de promouvoir leur point de vue, mais je ne le partage pas. C'est pourquoi je refuse à jamais de faire quoi que ce soit sous le vocable « open source » et j'espère que vous ferez de même, vous aussi.

Étant donné qu'il aide les utilisateurs à comprendre les libertés liées au logiciel libre en clarifiant l'utilisation ambiguë du mot free en anglais,2 que pensez-vous de l'utilisation du terme « FLOSS » pour Free/Libre Open Source Software (logiciel libre et open source) ?
Il y a beaucoup de gens qui, par exemple, désirent étudier notre communauté ou écrire sur notre communauté, et qui évitent de prendre parti pour le mouvement du logiciel libre ou le mouvement open source. Souvent, ils ont d'abord entendu parler du mouvement open source et ils pensent que nous le soutenons tous. Je leur montre qu'en fait notre communauté a été créée par le mouvement du logiciel libre. Mais alors, ils répondent souvent qu'ils ne s'intéressent pas à ce genre de désaccord et qu'ils aimeraient faire référence aux deux mouvements sans prendre parti. Alors je leur recommande le terme Free/Libre Open Source Software comme un moyen de faire référence aux deux mouvements en leur donnant un poids équivalent, et de ne recourir au terme FLOSS qu'après en avoir donné la signification. Je pense que… Si vous ne voulez pas prendre parti entre les deux mouvements, alors oui, bien sûr, utilisez ce terme. Ce que j'espère, c'est que vous prendrez parti pour le mouvement du logiciel libre, mais tout le monde n'y est pas obligé. Ce terme est légitime.
Êtes-vous heureux du développement de la communauté qui est issue de votre idée de système d'exploitation libre ? Dans quelle mesure s'est-elle développée différemment de ce que vous aviez imaginé au début ?
Eh bien, dans l'ensemble, j'en suis assez content. Mais il y a bien sûr des choses qui ne me plaisent pas, essentiellement un point faible : un grand nombre de gens de la communauté ne considèrent pas le logiciel libre sous l'angle de la liberté, ils n'ont pas appris à attacher de l'importance à leur liberté ni même à la reconnaître. Cela rend notre survie incertaine. Cela nous affaiblit. Et, ainsi, alors que nous sommes confrontés à des menaces variées, cette faiblesse rend notre réponse difficile. Notre communauté pourrait être anéantie par les brevets logiciels. Elle pourrait être anéantie par l'informatique déloyale. Elle pourrait être anéantie simplement par le refus des fabricants de matériel de nous communiquer assez d'informations sur la manière d'utiliser le matériel, ce qui ferait que nous ne pourrions plus écrire de logiciels libres pour piloter ce matériel. Il y a de nombreux points faibles que nous avons sur le long terme. Pour survivre à ces menaces, nous devons faire différentes choses, mais dans tous les cas, plus nous sommes conscients, plus nous sommes motivés, plus il nous sera facile de faire ce qu'il faut. Ainsi, la chose la plus fondamentale que nous devons reconnaître et mettre en valeur sur le long terme, c'est la liberté qu'apporte le logiciel libre, de manière que les utilisateurs se battent pour leur liberté comme les gens se battent pour la liberté d'expression, la liberté de la presse, la liberté de réunion, parce que ces libertés sont elles aussi grandement menacées dans le monde aujourd'hui.
Qu'est-ce qui, selon vous, menace le développement du logiciel libre aujourd'hui ?
Je dois souligner que notre but n'est pas précisément de croître. Notre but est de libérer le cyberespace. Cela signifie libérer tous les utilisateurs de l'informatique. Nous espérons qu'au final ils opteront tous pour le logiciel libre, mais nous ne devons pas considérer le simple succès comme notre but, ce serait manquer la question ultime. Mais si j'entends la question comme « Qu'est-ce qui entrave le développement du logiciel libre ? », eh bien, en partie c'est l'inertie, l'inertie sociale. Beaucoup de gens ont appris à utiliser Windows, et ils n'ont pas encore appris à utiliser GNU/Linux. Ce n'est plus très difficile d'apprendre GNU/Linux. Il y a 5 ans, c'était difficile, plus maintenant. Mais c'est toujours plus difficile que ne rien faire. Et les gens qui sont, vous savez… si vous n'avez appris aucun système d'exploitation, alors apprendre GNU/Linux est aussi facile que n'importe quoi d'autre, mais si vous avez déjà appris Windows, c'est plus facile de continuer à faire ce que vous savez faire. C'est ça l'inertie. Et il y a plus de gens formés à utiliser le système Windows que de gens formés à utiliser le système GNU/Linux. Chaque fois que vous essayez de convaincre les gens de changer, vous luttez contre l'inertie. De plus, nous avons le problème que les fabricants de matériel ne coopèrent pas avec nous comme ils coopèrent avec Microsoft. Nous avons cette inertie-là également. Et ensuite, nous avons le danger des brevets logiciels dans certains pays. Je souhaiterais que tous ceux qui lisent ceci (ou tous ceux qui l'écoutent) s'adressent à tous leurs candidats aux élections du Parlement européen et leur demandent de se situer par rapport à la question des brevets logiciels. « Voterez-vous pour le rétablissement des amendements du parlement qui ont été adoptés en septembre dernier, et qui apparemment vont être annulés par le Conseil de ministres ? Voterez-vous pour rétablir ces amendements en seconde lecture ? » C'est une question très concrète à laquelle on répond par oui ou par non. Vous obtiendrez souvent d'autres types de réponse. Vous pourrez obtenir des réponses évasives si vous demandez : « Êtes-vous pour ou contre les brevets logiciels ? ». Les gens qui ont rédigé la directive prétendent qu'elle n'autorise pas les brevets logiciels ; ils disent que c'est parce que, d'après cette directive, tout ce qui peut faire l'objet d'un brevet doit être de nature technique. Mais une personne de la Commission qui travaille sur ce dossier admet qu'ils mettent dans ce terme ce qu'ils veulent y mettre – effet de style pour endormir le monde ; donc, en fait il ne limite rien. Alors, si un candidat vous dit « Je soutiens le texte de la Commission car il n'autorise pas les brevets logiciels », vous pouvez lui faire cette remarque et reposer la question avec insistance : « Voterez-vous pour les amendements précédents du Parlement ? »
OK. Merci beaucoup.

Notes de traduction
  1. Autre traduction de proprietary : propriétaire. 
  2. L'ambiguïté du mot free est qu'il peut signifier « libre » ou « gratuit ». 

[logo de la FSF]« Notre mission est de préserver, protéger et promouvoir la liberté d'utiliser, étudier, copier, modifier et redistribuer les programmes informatiques, et de défendre les droits des utilisateurs de logiciel libre. »

La Fondation pour le logiciel libre (FSF) est le principal sponsor institutionnel du système d'exploitation GNU. Soutenez GNU et la FSF en achetant des manuels et autres, en adhérant à la FSF en tant que membre associé, ou en faisant un don, soit directement à la FSF, soit via Flattr.

Haut de la page