English [en]   español [es]   français [fr]   hrvatski [hr]   italiano [it]   മലയാളം [ml]   polski [pl]   русский [ru]  

Grâce à votre soutien, 2015 marque les 30 ans de la FSF. Au cours des 30 ans à venir, nous voulons défendre encore mieux les droits des utilisateurs de l'informatique. Pour passer à la vitesse supérieure, nous avons donné à notre collecte de fonds un objectif sans précédent : 525 000 $ au 31 janvier. En savoir plus.

525K
29% (155K)
Je participe

L'original de cette page est en anglais.

Vaincre l'inertie sociale

par Richard Stallman

Bientôt, deux décennies se seront écoulées depuis que la combinaison de GNU et de Linux a permis pour la première fois l'utilisation d'un PC en toute liberté. Pendant ce temps, nous avons parcouru beaucoup de chemin. Vous pouvez même acheter un portable avec GNU/Linux pré-installé chez plus d'un fournisseur, bien que les systèmes qu'ils fournissent ne soient pas totalement constitués de logiciels libres. Alors, qu'est-ce qui nous empêche d'obtenir un succès total ?

Le principal obstacle au triomphe de la liberté des logiciels est l'inertie sociale. Vous avez sûrement constaté ses multiples formes : certains appareils ne fonctionnent qu'avec Windows ; beaucoup de sites web commerciaux ne sont accessibles qu'avec Windows ; le menoticiel de la BBC, iPlayer, ne fonctionne que sous Windows. Si vous privilégiez la commodité à court terme plutôt que la liberté, vous pourriez considérer que ces raisons sont suffisantes pour utiliser Windows. La plupart des entreprises utilisent actuellement Windows, donc les étudiants qui pensent à court terme veulent apprendre Windows et demandent aux écoles d'enseigner Windows, ce qu'elles font. Elles produisent des diplômés qui ont l'habitude de Windows, ce qui incite les entreprises à utiliser Windows.

Microsoft entretient activement cette inertie : elle encourage les écoles à inculquer la dépendance à Windows, et fait des contrats pour réaliser des sites qui s'avèrent ne fonctionner qu'avec Internet Explorer.

Il y a quelques années, les publicités de Microsoft soutenaient que Windows revenait moins cher que GNU/Linux. Leurs comparaisons ont été démystifiées, mais il est intéressant de noter le défaut le plus grave de leur argumentation, le postulat implicite d'une forme d'inertie sociale : « Actuellement, un plus grand nombre de techniciens connaissent Windows que GNU/Linux. » Les gens qui accordent de la valeur à leur liberté ne l'abandonneraient pas pour économiser de l'argent, mais beaucoup de dirigeants ont la conviction idéologique que tout ce qu'ils possèdent, même leur liberté, doit être à vendre.

L'inertie sociale est constituée de gens qui ont cédé devant l'inertie sociale. Quand vous capitulez devant l'inertie sociale, vous participez à la pression qu'elle exerce sur les autres ; quand vous lui résistez, vous réduisez cette pression. Nous vaincrons l'inertie en l'identifiant et en décidant de ne pas en faire partie.

Voici la fragilité qui ralentit le développement de notre communauté : la plupart des utilisateurs de GNU/Linux n'ont même jamais entendu parler des idées de liberté qui ont motivé le développement de GNU, ils jugent donc encore les choses selon des critères de commodité à court terme plutôt que de liberté. Cela les rend vulnérables à l'inertie sociale, qui les mène par le bout du nez jusqu'à ce qu'ils en deviennent partie intégrante.

Pour donner à notre communauté la force de résister, nous devons parler de logiciel libre et de liberté – pas seulement des bénéfices pratiques que met en avant l'open source. Plus les gens seront nombreux à comprendre ce qu'ils doivent faire pour vaincre l'inertie sociale, plus nous progresserons dans ce sens.

[logo de la FSF]« Notre mission est de préserver, protéger et promouvoir la liberté d'utiliser, étudier, copier, modifier et redistribuer les programmes informatiques, et de défendre les droits des utilisateurs de logiciel libre. »

La Fondation pour le logiciel libre (FSF) est le principal sponsor institutionnel du système d'exploitation GNU. Soutenez GNU et la FSF en achetant des manuels et autres, en adhérant à la FSF en tant que membre associé, ou en faisant un don, soit directement à la FSF, soit via Flattr.

Haut de la page