[Traduit de l'anglais]

Lettre de RMS à Tim O'Reilly

Voici un message que Richard M. Stallman a envoyé à Tim O'Reilly le 11 mars 2000, concernant la déclaration de Jeff Bezos, PDG d'Amazon, qui appelait à ce que les brevets logiciels ne durent que 3 à 5 ans.

Apprenez-en plus sur ce boycott.

Et merci de nous soutenir en mettant ce lien sur votre page d'accueil et vos sites :
http://www.gnu.org/philosophy/amazon.html !


L'idée que les brevets logiciels ne devraient durer que de 3 à 5 ans a été proposée il y a une dizaine d'années maintenant, en tant que compromis susceptible d'éliminer l'essentiel du préjudice causé par les brevets logiciels actuellement. Le soutien de cette idée par Jeff Bezos est une bonne chose, puisque cela peut nous rapprocher d'une action par le Congrès. Félicitations pour avoir aidé à obtenir cela.

Mais une telle loi est loin d'être imminente, et en attendant, Amazon est toujours responsable de ses actes.

Parmi les milliers de sociétés qui ont obtenu des brevets logiciels, nous nous sommes concentrés sur Amazon pour faire un boycott, car elle fait partie de la minorité de celles qui sont allées jusqu'à poursuivre quelqu'un. Cela fait d'eux des délinquants flagrants. La plupart des détenteurs de brevets logiciels disent qu'ils les possèdent pour « se défendre », pour forcer la négociation de licences croisées au cas où ils seraient menacés de poursuites à cause de brevets. Puisqu'il s'agit d'une véritable stratégie d'autodéfense, beaucoup pourraient vraiment penser ce qu'ils disent. Mais cette excuse ne tient pas pour Amazon, car ce sont eux qui ont tiré les premiers.

La lettre de Bezos réaffirme l'intention persistante d'Amazon d'engager une guerre de brevets sans restriction, et indique que la décision de la date et du lieu de l'attaque serait prise en fonction de « raisons commerciales ». Je rejoindrais avec plaisir Bezos pour soutenir une proposition de loi qui limiterait les brevets logiciels à 3 ou 5 ans, mais je crois que nous devons continuer à critiquer et boycotter Amazon jusqu'à ce qu'une telle loi soit réellement adoptée (ou jusqu'à ce qu'Amazon modifie suffisamment sa conduite pour justifier un changement de la nôtre).

Il ne s'agit pas d'exiger qu'Amazon aille jusqu'à renoncer à ses propres brevets. La dissuasion par les brevets est une défense inadéquate contre des agresseurs armés de brevets, mais c'est la seule. Donc je ne demanderais pas à Amazon (ni à quiconque) de s'abstenir d'utiliser des brevets pour l'autodéfense ou pour la sécurité collective. Amazon et les autres détenteurs de brevets devraient plutôt renoncer à les utiliser pour l'attaque et adopter comme politique de ne pas les utiliser en premier. Si Amazon faisait cela, de manière irrévocable et avec des engagements contraignants, je n'aurais plus d'autre critique à formuler à son encontre.