[Traduit de l'anglais]

Le logiciel des fusées doit-il être entièrement libre ? Logiciel libre et matériel

Peut-il exister une fusée fonctionnant exclusivement avec du logiciel libre ? Doit-on demander à SpaceX de libérer le logiciel de ses lanceurs de satellites ? Je ne pense pas que la personne qui m'a demandé cela était sérieuse, mais en répondant à cette question, on peut éclairer des questions similaires sur les produits que les gens achètent de nos jours.

Pour autant que je sache, le logiciel en tant que tel n'est pas capable de générer de la poussée. Pour l'essentiel, une fusée est obligatoirement un objet physique, donc elle ne peut pas « être » du logiciel libre. Mais elle peut inclure des systèmes de contrôle et de télémétrie informatisés, donc du logiciel.

Si quelqu'un proposait de me vendre une fusée, je la traiterais comme n'importe quel autre appareil. Considérez par exemple un thermostat. S'il contient du logiciel modifiable, tout ce logiciel doit être libre et c'est moi seul qui dois avoir le pouvoir de décider s'il faut, ou non, installer une modification donnée. Si par contre ce logiciel n'est pas conçu pour être modifié et communique uniquement par l'intermédiaire d'une interface limitée (boutons sur un panneau de contrôle, télécommande de téléviseur ou interface USB avec un ensemble fixe de commandes, par exemple), je ne considérerai pas comme essentiel de savoir ce qui est à l'intérieur du thermostat ; cela ne fait aucune différence pour moi, utilisateur, qu'il contienne une puce spécialisée ou un processeur exécutant du code. S'il contient effectivement du code, on pourrait aussi bien le remplacer par une puce spécialisée, donc ce que c'est m'importe peu.

Je protesterais si le thermostat envoyait à quelqu'un des données sur mes activités, quel que soit le moyen utilisé. Encore une fois, cela ne fait aucune différence que ce soit une puce spécialisée ou du code spécialisé. Avec du logiciel libre je pourrais arrêter cette surveillance, mais ce n'est pas le seul moyen. Un autre est de déconnecter les antennes de communication numérique, directement ou avec un interrupteur.

Si une fusée contient du logiciel, la publication de ce dernier comme logiciel libre peut être une contribution à la communauté et nous devrions en être reconnaissants, mais c'est un autre sujet. Une telle publication donne aussi la possibilité aux acheteurs de fusées de travailler à l'amélioration du logiciel qu'elles contiennent, bien que dans ce cas la nature irréversible de beaucoup de pannes puisse décourager le bidouillage.

Des lecteurs ont fait remarquer que SpaceX a reçu un soutien financier important de la part du gouvernement des États-Unis pour développer ses fusées. De droit, le fait d'accepter ce soutien devrait obliger SpaceX à publier le logiciel de la fusée sous une licence libre, même s'il est utilisé uniquement à l'intérieur de la fusée.

Étant donné ce qu'on sait des voitures Tesla, pleines de maliciels de surveillance et de pistage, modifiables par Tesla mais pas par l'utilisateur, je suppose que les fusées SpaceX en contiennent également. Si un jour les fusées étaient vendues comme les voitures et les tracteurs d'aujourd'hui, leur logiciel serait inéquitable, et probablement malveillant. Les gens commencent à s'en rendre compte ; voyez le mouvement du droit à réparer, qui exige un embryon de liberté (beaucoup moins que de libérer le logiciel du véhicule) et pourtant affronte un dur combat.

Cependant, je ne pense pas que SpaceX vende des fusées ; je pense qu'elle fournit un service, à savoir le lancement de charges utiles dans ses propres fusées. La question est donc totalement différente : si vous êtes le client, vous ne faites pas fonctionner la fusée ; c'est SpaceX qui le fait.

La fusée que SpaceX utilise n'est pas comme votre voiture ou votre camionnette, ni même comme une voiture ou un camion que vous auriez loué. Elle est plutôt comparable au camion d'une entreprise de déménagement qui, à ce moment précis, transporte vos livres et votre mobilier vers la destination que vous avez spécifiée. C'est à l'entreprise de déménagement que revient le contrôle du logiciel de ce camion, pas au client actuel.

Il est logique de traiter le transport de vos affaires vers la Mongolie extérieure ou vers l'espace comme un service, parce que c'est une tâche essentiellement autonome et indépendante du client (« essentiellement» ne veut pas dire « absolument » ni « à 100 % »), de sorte que les instructions qui la définissent sont simples (transporte ces caisses à l'adresse A pour la date D).

Si SpaceX avait publié le logiciel de sa fusée sous une licence libre, cela vous donnerait le droit d'en faire des versions modifiées, de les utiliser et de les distribuer, mais ne vous donnerait pas le droit de modifier le code qui fait fonctionner la fusée.

Cependant, il y a un type d'activité qu'un hypothétique vaisseau spatial pourrait effectuer, mais qui ne doit jamais être traité comme un service : l'activité informatique privée. Et ceci, parce que l'informatique privée est précisément ce que vous pouvez faire sur votre ordinateur personnel en toute liberté si vous avez le logiciel libre adéquat.

Quand un programme a pour tâche de faire de l'informatique pour vous, vous avez le droit d'exiger le contrôle de ce qu'il fait et des moyens qu'il emploie, et pas seulement qu'il obéisse à vos ordres en les interprétant à sa façon. Autrement dit, vous avez droit à votre propre copie d'un programme libre, à utiliser sur un ordinateur dont vous avez le contrôle.

Rien d'étonnant qu'il y ait des entreprises pour souhaiter que vous leur cédiez le contrôle de vos activités informatiques, en les qualifiant de « services » à effectuer sur leurs serveurs avec des programmes qu'elles contrôlent – même des choses aussi minutieusement dirigées par l'utilisateur que l'écriture de texte ! C'est un stratagème pour vous amener à substituer leur pouvoir à votre liberté. Nous appelons cela « service se substituant au logiciel », SaaSS pour faire court (voir « Qui ce serveur sert-il réellement ? »), et nous le refusons.

Par exemple, imaginez un hypothétique vaisseau spatial SpaceX intelligent qui, en tant que « service », veut tout connaître de votre entreprise pour que les serveurs de SpaceX puissent décider pour vous quelles marchandises acheter et vendre, et sur quelles planètes. Ce service de planification serait un SaaSS, donc un « dé-service » . Au lieu d'utiliser ce dé-service, faites votre planification avec votre copie d'un logiciel libre sur votre propre ordinateur.

SpaceX et d'autres pourraient ainsi légitimement vous proposer le service non informatique consistant à transporter des cargaisons, et vous pourriez l'utiliser de temps en temps ; ou bien vous pourriez choisir une autre méthode, peut-être acheter un vaisseau spatial et l'exploiter vous-même.