English [en]   Deutsch [de]   ελληνικά [el]   español [es]   français [fr]   italiano [it]   polski [pl]   русский [ru]  

Grâce à votre soutien, 2015 marque les 30 ans de la FSF. Au cours des 30 ans à venir, nous voulons défendre encore mieux les droits des utilisateurs de l'informatique. Pour passer à la vitesse supérieure, nous avons donné à notre collecte de fonds un objectif sans précédent : 525 000 $ au 31 janvier. En savoir plus.

525K
28% (145K)
Je participe

L'original de cette page est en anglais.

Une lettre de réponse aux pièces jointes Word

Cette lettre recommande OpenOffice ; LibreOffice n'existait pas quand elle a été écrite. C'est LibreOffice que nous recommandons aujourd'hui.

Je suis désolé, mais j'ai été incapable de lire le document Microsoft Word que vous m'avez envoyé. Microsoft a constamment changé le format .doc au fil des versions de Microsoft Word ([sous Windows] 4.0, 95, 97, 2000, et maintenant XP). Microsoft a également refusé intentionnellement de donner les spécifications du format .doc à la communauté, faisant de Microsoft Word la seule application pouvant lire ce format de manière fiable. L'application Microsoft Word Viewer existe, mais elle ne tourne que sous les systèmes d'exploitation Microsoft Windows et ne permet pas d'éditer le document.

L'équipe de développement qui a créé le logiciel que j'ai choisi d'utiliser (OpenOffice.org) a essayé de toutes ses forces de comprendre comment le format .doc est créé et interprété, pour le rendre disponible à plus de gens. Ils pensent que tout le monde doit être capable d'échanger de l'information de manière électronique, et que .doc est l'un des formats les plus répandus. Donc, ils ont essayé de rendre OpenOffice.org, le principal concurrent de la suite bureautique de Microsoft, aussi compatible que possible avec les formats de Microsoft. Mais Microsoft n'aime pas cela, parce que cela voudrait dire que des gens qui n'ont pas acheté Microsoft Windows et Microsoft Office pourraient être capable de lire et écrire des documents .doc.

Malheureusement, il semble que Microsoft réussisse parfois. Mon application non Microsoft n'a pas été capable d'ouvrir le document .doc que vous m'avez envoyé. En conséquence, nous ne pouvons pas échanger d'information, jusqu'à ce que l'une des choses suivantes se produise :

[0] L'information que je suis censé lire ou traiter soit convertie dans un format ouvert, format que les gens n'utilisant pas Microsoft Windows ou Microsoft Office soient capables de manipuler.

[1] J'achète et installe Microsoft Windows, Microsoft Word, et par conséquent toutes les autres applications Microsoft nécessaires à mon travail.

Puisque les poules auront des dents avant que je ne réalise la seconde, je suggérerais que nous trouvions un autre moyen d'échanger de l'information par voie électronique.

--A

PS : Vous comprenez, j'espère, que je n'ai rien contre vous personnellement. Je ne peux tout simplement pas utiliser le document que vous m'avez envoyé, et j'ai essayé de vous expliquer que l'hypothèse implicite selon laquelle j'aurais pu le lire était erronée.

PPS : Lorsque j'ai essayé d'ouvrir le document que vous m'avez envoyé, mon traitement de texte s'est planté, visiblement incapable d'interpréter correctement le format .doc. Mon traitement de texte gérait quatre autres documents à ce moment-là. Deux d'entre eux étaient des devoirs obligatoires, et tous les changements que je n'avais pas sauvegardés ont été perdus. Au final, environ deux heures de mon travail ont été perdues parce que les développeurs d'OpenOffice.org n'ont pas été capables de surmonter les barrières que Microsoft a mises en place et d'afficher correctement le document. Je crois qu'ils sont les derniers à blâmer pour cet échec.

PPPS : Pour prendre connaissance des autres raisons qui font que l'on ne doit pas choisir le format .doc dans les échanges électroniques d'information, je vous invite à lire Finissons-en avec les pièces jointes Word !. C'est peut-être long, mais cela démontre clairement les compromis que nous faisons vous et moi (vous en tant qu'expéditeur et moi en tant que destinataire) en échangeant des documents Microsoft Word.

[logo de la FSF]« Notre mission est de préserver, protéger et promouvoir la liberté d'utiliser, étudier, copier, modifier et redistribuer les programmes informatiques, et de défendre les droits des utilisateurs de logiciel libre. »

La Fondation pour le logiciel libre (FSF) est le principal sponsor institutionnel du système d'exploitation GNU. Soutenez GNU et la FSF en achetant des manuels et autres, en adhérant à la FSF en tant que membre associé, ou en faisant un don, soit directement à la FSF, soit via Flattr.

Haut de la page