[Traduit de l'anglais]

Attention au « soutien » contredit par les faits

par Richard Stallman

Il y a des organisations qui proclament leur soutien au logiciel libre ou au projet GNU, et enseignent à des classes l'utilisation de logiciels privateurs.

Il est possible qu'elles fassent d'autres choses qui soutiennent vraiment le logiciel libre, mais ces cours ne le font certainement pas. Au contraire, ils agissent en opposition directe avec le mouvement du logiciel libre en promouvant l'utilisation de logiciels privateurs. Cela accroît l'ampleur du problème pratique que nous avons pour mission de corriger.

Pire, cela donne de la légitimité au logiciel privateur. Le message essentiel du mouvement du logiciel libre est que le logiciel privateur est injuste et ne devrait pas exister – c'est pourquoi nous avons besoin d'un mouvement visant à le remplacer et l'éliminer. Enseigner son utilisation revient à affirmer qu'il ne pose pas problème ; cela s'oppose au mouvement du logiciel libre de la manière la plus fondamentale.

Bien sûr, les gens ont le droit d'exprimer ce point de vue, mais ils ne doivent pas faire comme si cela constituait un soutien à notre cause.

Encore plus scandaleux, certaines de ces organisations prétendent que leurs cours sur l'utilisation de logiciel privateur ont un lien avec le projet GNU ou la Free Software Foundation, ou même qu'ils ont reçu leur certification. Il va sans dire que nous n'aurions jamais certifié ni recommandé un tel cours, ni eu quoi que ce soit à voir avec lui, ni même parlé de lui, hormis pour le condamner.

Enseigner l'usage de programmes non libres nuit au logiciel libre ; associer cet enseignement au nom de GNU ou au terme « logiciel libre » jette la confusion sur ce que nous défendons.

Si vous croisez ce genre d'organisation, veuillez expliquer aux personnes qui y travaillent que de tels cours vont directement à l'encontre des principes du mouvement du logiciel libre. Expliquez-leur pourquoi, si elles veulent servir la cause du logiciel libre, elles doivent apprendre aux gens à choisir le logiciel libre et non légitimer le logiciel privateur.

Si on vous demande de participer à ces cours, comme étudiant ou comme professeur, cela vous donne l'occasion de dire non, pour changer.