English [en]   Deutsch [de]   español [es]   français [fr]   italiano [it]   日本語 [ja]   Nederlands [nl]   русский [ru]  

Free Software Free Society

Together we have the opportunity to empower the world through the use of free software. The only way to counter proprietary software companies and the billions of dollars they use to strip user rights is through the power of your voice and your generosity.

103 Joined
600 New Members

Proprietary malware → Apple

[Traduit de l'anglais]

Malveillance des systèmes d'exploitation Apple


Le logiciel non libre (privateur) est très souvent malveillant (conçu pour maltraiter les utilisateurs). Il est contrôlé par ses développeurs, ce qui les met en position de pouvoir vis-à-vis des utilisateurs ; c'est l'injustice de base. Les développeurs et les fabricants exercent souvent ce pouvoir au détriment des utilisateurs qu'ils devraient servir.

Cela prend habituellement la forme de fonctionnalités malveillantes.


Si vous avez connaissance d'un exemple qui devrait se trouver sur cette page mais n'y figure pas, n'hésitez pas à écrire à <webmasters@gnu.org> pour nous en informer. Merci de fournir les URL d'une ou deux références fiables et spécifiques pour l'étayer.

Portes dérobées

Censure

Apple utilise principalement iOS, une prison typique, pour imposer sa censure par l'intermédiaire de l'Apple Store. Pour plus de détails, reportez-vous à la section Prisons.

DRM

« Gestion numérique des restrictions », ou « DRM », désigne les fonctionnalités conçues pour limiter ce que les utilisateurs peuvent faire avec leurs ordinateurs.

Incompatibilité

Nous répertorions dans cette section les caractéristiques des programmes d'Apple qui rendent difficile ou impossible le passage à un programme concurrent – en particulier un programme libre, qui permettrait de libérer l'appareil sur lequel tourne le logiciel.

Insécurité

Contrairement au reste de la page, ce paragraphe répertorie des bogues qui ne sont pas (n'étaient pas) intentionnels, et donc ne peuvent pas être qualifiés de malveillants. Nous les signalons pour réfuter l'idée préconçue que les logiciels privateurs prestigieux n'ont pas de bogue grave.

Ingérence

Divers programmes privateurs mettent le désordre dans le système de l'utilisateur. Cela ressemble à du sabotage, mais le mot « sabotage » est trop fort; ces programmes sont néanmoins malfaisants et contraires à l'éthique. Cette section donne des exemples d'ingérence de la part d'Apple.

Prisons

Une prison est un système qui impose une censure aux programmes d'application.

  • Apple a l'intention d'exiger que toutes les applications pour MacOS reçoivent son approbation préalable.

    Proposer un service de vérification en option serait légitime et pourrait avoir son utilité. En revanche, exiger des utilisateurs qu'ils reçoivent l'approbation d'Apple est de la tyrannie. Apple dit que cette vérification ne fera que rechercher les programmes malveillants (à l'exclusion de ceux qui font partie du système d'exploitation), mais Apple pourrait modifier cette pratique petit à petit, ou peut-être inclure parmi les programmes malveillants toute application qui ne plaît pas à la Chine.

    Pour le logiciel libre, cela signifie que les utilisateurs devront obtenir l'approbation d'Apple après compilation. Cela équivaut à un système de surveillance de l'utilisation des programmes libres.

  • iOS, le système d'exploitation des iTrucs d'Apple, est une prison. C'est Apple qui la première a conçu des ordinateurs polyvalents intégrant la censure des programmes d'application.

    Voici un article sur la signature du code que les iTrucs utilisent pour enfermer l'utilisateur.

    Curieusement, Apple commence à permettre un passage limité à travers le mur de la prison des iTrucs : les utilisateurs peuvent maintenant installer des applis compilées à partir du code source, à condition que ce dernier soit écrit en Swift. Ils ne peuvent pas le faire librement, car ils sont obligés de s'identifier. Voici les détails. C'est une lézarde dans le mur, mais elle n'est pas assez large pour que les iTrucs ne soient plus des prisons.

Exemples de censure par les prisons d'Apple

Manipulation

Pression sur le client

Les entreprises du logiciel privateur peuvent exploiter leurs clients en imposant des limites arbitraires à l'usage qu'ils font de leurs logiciels. Cette section donne des exemples de pratiques commerciales agressives et autres tactiques injustes de la part d'Apple.

Sabotage

Voici des situations dans lesquelles Apple exerce son pouvoir sur les utilisateurs pour intervenir directement d'une façon qui leur nuit ou qui bloque leur travail.

Surveillance

Tyrans

Un tyran est un appareil qui rejette tout système d'exploitation non « autorisé » par le fabricant.

RETOUR

 [Logo de la FSF] « La Fondation pour le logiciel libre (FSF – Free Software Foundation) est une organisation à but non lucratif dont la mission est de promouvoir au niveau mondial la liberté d'utiliser l'informatique. Nous défendons les droits de tous les utilisateurs de logiciel. »

ADHÉRER FAIRE DES ACHATS