English [en]   العربية [ar]   Deutsch [de]   español [es]   français [fr]   hrvatski [hr]   日本語 [ja]   한국어 [ko]   മലയാളം [ml]   Nederlands [nl]   polski [pl]   русский [ru]   Shqip [sq]   Türkçe [tr]  

Grâce à votre soutien, 2015 marque les 30 ans de la FSF. Au cours des 30 ans à venir, nous voulons défendre encore mieux les droits des utilisateurs de l'informatique. Pour passer à la vitesse supérieure, nous avons donné à notre collecte de fonds un objectif sans précédent : 525 000 $ au 31 janvier. En savoir plus.

525K
26% (138K)
Je participe

L'original de cette page est en anglais.

15 ans de logiciel libre

par Richard M. Stallman

Cela fait à peine plus de 15 ans que le mouvement du logiciel libre et le projet GNU ont démarré. Que de chemin parcouru !

En 1984, il était impossible d'utiliser un ordinateur moderne sans installer un système d'exploitation privateur (propriétaire), obtenu sous licence restrictive. Personne n'était autorisé à partager ses logiciels librement avec des amis, et quasiment personne ne pouvait modifier de logiciel pour qu'ils s'adapte à ses besoins. Les éditeurs avaient érigé des murs pour nous séparer les uns des autres.

La raison d'être du projet GNU est de changer tout cela. Son premier objectif : développer un système d'exploitation portable et compatible avec Unix qui soit à 100% libre. Pas libre à 95%, pas à 99.5%, mais à 100%. Les utilisateurs seraient ainsi libres de redistribuer le système entier, libres de modifier et contribuer à n'importe laquelle de ses parties. Le nom de ce système, GNU, est un acronyme récursif signifiant GNU's Not Unix (GNU N'est pas Unix), une manière de rendre hommage aux idées techniques servant de base à Unix, tout en disant que GNU est quelque chose de différent. Techniquement, GNU est comme Unix. Mais contrairement à Unix, GNU accorde la liberté à ses utilisateurs.

Cela a pris des années de travail, des centaines de programmeurs, pour développer ce système d'exploitation. Certains étaient payés par la Fondation pour le logiciel libre ou par des entreprises du logiciel libre, mais la plupart étaient bénévoles. Certains sont devenus célèbres ; la plupart sont surtout connus dans leur profession, par d'autres hackers qui utilisent leur code ou travaillent dessus. Tous ensemble, ils ont aidé à libérer le potentiel du réseau informatique pour toute l'humanité.

En 1991, le dernier élément essentiel à un système de type Unix a été développé : Linux, le noyau libre écrit par Linus Torvalds. Aujourd'hui, la combinaison de GNU et de Linux est utilisée par des millions de gens dans le monde, et sa popularité ne fait qu'augmenter. Ce mois-ci, on annonçait la sortie de GNOME version 1.0, le bureau graphique de GNU qui, nous l'espérons, rendra le système GNU/Linux aussi facile à utiliser que n'importe quel autre système d'exploitation.

Mais notre liberté n'est pas assurée pour l'avenir. Le monde avance et nous ne pouvons pas être sûrs que nous aurons la liberté dans cinq ans pour la simple raison que nous l'avons aujourd'hui. Le logiciel libre fait face à de graves défis et dangers. Préserver notre liberté demandera des efforts résolus, comme cela en a demandé pour l'obtenir. En attendant, le système d'exploitation n'est qu'un commencement. Nous avons maintenant besoin d'ajouter des applications libres pour couvrir l'ensemble des tâches que les utilisateurs voudraient effectuer.

Dans un futur article, j'écrirai à propos des défis spécifiques auxquels doit faire face la communauté du libre, et autres problèmes relatifs à la liberté des utilisateurs, ainsi qu'à propos d'évènements récents affectant le système d'exploitation GNU/Linux.

[logo de la FSF]« Notre mission est de préserver, protéger et promouvoir la liberté d'utiliser, étudier, copier, modifier et redistribuer les programmes informatiques, et de défendre les droits des utilisateurs de logiciel libre. »

La Fondation pour le logiciel libre (FSF) est le principal sponsor institutionnel du système d'exploitation GNU. Soutenez GNU et la FSF en achetant des manuels et autres, en adhérant à la FSF en tant que membre associé, ou en faisant un don, soit directement à la FSF, soit via Flattr.

Haut de la page