English [en]   العربية [ar]   català [ca]   Česky [cs]   Deutsch [de]   español [es]   français [fr]   polski [pl]   português do Brasil [pt-br]   română [ro]   русский [ru]  

L'original de cette page est en anglais.

Raisons d'écrire des logiciels libres

Ne faites pas l'erreur de supposer que tout le développement logiciel a une seule motivation. Voici quelques-unes de celles dont nous savons qu'elles conduisent beaucoup de gens à écrire des logiciels libres.

Le plaisir
Pour certaines personnes, souvent les meilleurs programmeurs, écrire des logiciels est un vrai plaisir, particulièrement quand il n'y a pas de chef pour vous dire quoi faire.
Pratiquement tous les développeurs de logiciels libres partagent cette motivation.
L'idéalisme politique
Le désir de bâtir un monde de liberté, et d'aider les utilisateurs d'ordinateurs à échapper au pouvoir des développeurs de logiciels.
Pour être admiré
Si vous écrivez un logiciel libre utile et populaire, les utilisateurs vous admireront. C'est une sensation très agréable.
La réputation professionnelle
Si vous écrivez un logiciel libre utile et populaire, cela suffira à montrer que vous êtes un bon programmeur.
La communauté
Faire partie d'une communauté, interagir avec d'autres personnes en collaborant à des projets publics de logiciel libre, constitue une motivation pour nombre de programmeurs.
L'éducation
Si vous écrivez du logiciel libre, c'est souvent l'occasion d'augmenter considérablement vos capacité techniques et vos habiletés sociales ; si vous êtes enseignant, vous en offrirez d'excellentes occasions à vos étudiants en les encourageant à prendre part à un projet existant de logiciel libre, ou en organisant un projet de logiciel libre à leur intention.
La gratitude
Si vous utilisez les logiciels libres de la communauté depuis des années, et que cela a été important pour votre travail, vous vous sentez reconnaissant et redevable envers leurs développeurs. Quand vous écrivez un programme qui pourrait être utilisé par beaucoup de monde, c'est pour vous le moyen de rendre la pareille.
La haine de Microsoft
C'est une erreur de concentrer notre critique uniquement sur Microsoft. Oui, Microsoft est mauvaise car elle développe des logiciels non libres. Et pire, ils sont souvent malveillants de diverses façons, notamment parce qu'ils mettent en œuvre la gestion numérique des restrictions. Toutefois, beaucoup d'autres sociétés font la même chose, et actuellement le pire ennemi de notre liberté est Apple.
Néanmoins, c'est un fait que beaucoup de gens méprisent au plus haut point Microsoft, et certains d'entre eux contribuent au logiciel libre pour cette raison.
L'argent
Un nombre considérable de personnes sont payées pour développer des logiciels libres ou ont monté des sociétés gravitant autour du logiciel libre.
Améliorer un programme qu'on utilise soi-même
Les gens travaillent souvent sur des améliorations des programmes qu'ils utilisent, pour les rendre plus pratiques (certains commentateurs ne reconnaissent d'autres raisons que celle-ci, mais leur vision de la nature humaine est trop étroite).

La nature humaine est complexe, et il est tout à fait courant pour une personne d'avoir plusieurs raisons pour une seule action.

Chaque personne est différente, et il pourrait y avoir d'autres raisons que nous avons manquées dans cette liste. Si vous connaissez d'autres raisons qui ne seraient pas citées ici, veuillez envoyer un courriel à <campaigns@gnu.org>. Si nous pensons que les autres raisons sont susceptibles d'influencer beaucoup de développeurs, nous les ajouterons à cette liste.

[logo de la FSF]« Notre mission est de préserver, protéger et promouvoir la liberté d'utiliser, étudier, copier, modifier et redistribuer les programmes informatiques, et de défendre les droits des utilisateurs de logiciel libre. »

La Fondation pour le logiciel libre (FSF) est le principal sponsor institutionnel du système d'exploitation GNU. Soutenez GNU et la FSF en achetant des manuels et autres, en adhérant à la FSF en tant que membre associé, ou en faisant un don, soit directement à la FSF, soit via Flattr.

Haut de la page