English [en]   العربية [ar]   Deutsch [de]   español [es]   فارسی [fa]   français [fr]   hrvatski [hr]   italiano [it]   日本語 [ja]   lietuvių [lt]   polski [pl]   português do Brasil [pt-br]   română [ro]   русский [ru]   slovenčina [sk]   українська [uk]   简体中文 [zh-cn]  

L'original de cette page est en anglais.

Distributions GNU/Linux

Les distributions système libres GNU/Linux ne contiennent et ne proposent que des logiciels libres. Elles rejettent les applications non libres, les plateformes de développement non libres, les pilotes non libres, les « blobs » de micrologiciel [firmware] non libre et tout autre logiciel ou documentation non libre. Si par erreur elles en incluent, elles le retirent dès qu'elles s'en rendent compte.

Distributions GNU/Linux libres

Nous vous recommandons d'utiliser une distribution système GNU/Linux libre, une distribution qui ne contienne aucun logiciel privateur (aussi appelé « logiciel propriétaire »). De cette manière vous pouvez être sûr que vous n'installez pas de programme non libre. Voici notre liste de ces distributions :
Distributions GNU/Linux libres.

Toutes ces distributions existantes ont besoin de plus de développeurs. Par conséquent, si vous voulez faire une contribution efficace aux distributions GNU/Linux libres, nous vous suggérons de rejoindre le développement d'une distribution libre existante plutôt que démarrer une nouvelle distribution.

Comment rendre une distribution libre

Voici une liste des problèmes qui empêchent une distribution d'être considérée comme entièrement libre :
Recommandations pour les distributions systèmes libres.

Distributions courantes

Beaucoup de distributions GNU/Linux bien connues ne respectent pas nos recommandations. Vous pouvez découvrir ici les problèmes qu'elles présentent :
Pourquoi nous n'homologuons pas de nombreuses distributions GNU/Linux très connues.

Nous appelons les développeurs de ces distributions à en supprimer les parties non libres et à les rendre par conséquent totalement libres.

La liberté en option, ce n'est pas assez

Certaines distributions GNU/Linux donnent à l'utilisateur l'option d'installer uniquement du logiciel libre. Vous pouvez consulter :
Pourquoi proposer la liberté en option n'est pas suffisant.

Pourquoi est-ce important ?

Quand une distribution GNU/Linux contient du logiciel non libre, cela entraîne deux sortes de problèmes :

Le premier est un problème direct : installer du logiciel non libre affecte les utilisateurs. Cependant, le second problème est le plus important parce qu'il affecte l'ensemble de la communauté.

Les développeurs de distributions non libres ne disent pas : « Nous vous présentons nos excuses pour la présence de composants non libres dans notre distribution. Nous ne savons pas ce qui nous a pris de les inclure. Nous espérons que pour la prochaine version nous garderons à l'esprit la liberté. » S'ils le faisaient, ils n'auraient pas une aussi mauvaise influence.

Au contraire, ils présentent généralement le logiciel non libre de leur distribution comme un aspect positif ; ils disent que leur but est d'offrir « la meilleure expérience utilisateur possible » ou quelque chose d'approchant, plutôt que la liberté. En d'autres termes, ils conduisent les gens à mettre la commodité au-dessus de la liberté ; leur travail va donc directement à l'encontre de notre campagne pour faire de la liberté l'objectif principal.

C'est parce que ces distributions ne donnent pas la liberté que nous ne les cautionnons pas. C'est parce qu'elles n'apprennent pas aux gens à donner de la valeur à la liberté que cette question nous inquiète beaucoup.

[logo de la FSF]« Notre mission est de préserver, protéger et promouvoir la liberté d'utiliser, étudier, copier, modifier et redistribuer les programmes informatiques, et de défendre les droits des utilisateurs de logiciel libre. »

La Fondation pour le logiciel libre (FSF) est le principal sponsor institutionnel du système d'exploitation GNU. Soutenez GNU et la FSF en achetant des manuels et autres, en adhérant à la FSF en tant que membre associé, ou en faisant un don, soit directement à la FSF, soit via Flattr.

Haut de la page