[Traduit de l'anglais]

Incompatibilité du logiciel privateur


Le logiciel non libre (privateur) est très souvent malveillant (conçu pour maltraiter les utilisateurs). Il est contrôlé par ses développeurs, ce qui les met en position de pouvoir vis-à-vis des utilisateurs ; c'est l'injustice de base. Les développeurs et les fabricants exercent souvent ce pouvoir au détriment des utilisateurs qu'ils devraient servir.

Cela prend habituellement la forme de fonctionnalités malveillantes.


L'une de ces fonctionnalités malveillantes est l'incompatibilité délibérée d'un programme avec d'autres logiciels qui utilisent le même type de données.

Un type d'incompatibilité assez courant est l'utilisation de formats ou de protocoles secrets par le logiciel privateur. Cela rend difficile ou impossible le passage à un programme concurrent – en particulier un programme libre, qui permettrait de libérer l'appareil sur lequel tourne le logiciel.

Outre qu'ils sont délibérément anticoncurrentiels, les formats secrets mettent en danger les données numériques de l'utilisateur. Par exemple, la récupération de données anciennes sera très difficile si le logiciel privateur qui peut les lire n'est plus pris en charge.

Une autre sorte d'incompatibilité se manifeste lorqu'un système rend une opération importante, nécessaire pour faire migrer des données vers un autre système, si compliquée ou si lente qu'elle n'est pas faisable pour une quantité significative de données.

Plus généralement, les grandes sociétés technologiques ont tendance à imposer des restrictions artificielles à l'interopérabilité de leurs produits, souvent au moyen de logiciel malveillant privateur, pour obtenir le monopole du marché.

Si vous avez connaissance d'un exemple qui devrait se trouver sur cette page mais n'y figure pas, n'hésitez pas à écrire à <webmasters@gnu.org> pour nous en informer. Merci de fournir les URL d'une ou deux références fiables et spécifiques pour l'étayer.