English [en]   Deutsch [de]   español [es]   français [fr]   italiano [it]   日本語 [ja]   русский [ru]  

Free Software Free Society

Together we have the opportunity to empower the world through the use of free software. The only way to counter proprietary software companies and the billions of dollars they use to strip user rights is through the power of your voice and your generosity.

103 Joined
600 New Members

Proprietary malware → Prisons

[Traduit de l'anglais]

Prisons du logiciel privateur


Le logiciel non libre (privateur) est très souvent malveillant (conçu pour maltraiter les utilisateurs). Il est contrôlé par ses développeurs, ce qui les met en position de pouvoir vis-à-vis des utilisateurs ; c'est l'injustice de base. Les développeurs et les fabricants exercent souvent ce pouvoir au détriment des utilisateurs qu'ils devraient servir.

Cela prend habituellement la forme de fonctionnalités malveillantes.


Les prisons sont des systèmes d'exploitation malveillants conçus pour limiter le choix d'applications installables par l'utilisateur. Une image de l'iPrison illustre ce problème.

Ces systèmes servent de plateformes à la censure imposée par les entreprises qui en sont propriétaires. Vendre des produits conçus comme des plateformes servant à une société pour imposer la censure devrait être interdit par la loi, mais ce n'est pas le cas.

Cette page recense quelques prisons, ainsi que les méthodes qu'elles utilisent pour censurer les applis, et donne des exemples d'applis qui ont été bloquées au moyen de ce système de censure.

Si vous avez connaissance d'un exemple qui devrait se trouver sur cette page mais n'y figure pas, n'hésitez pas à écrire à <webmasters@gnu.org> pour nous en informer. Merci de fournir les URL d'une ou deux références fiables et spécifiques pour l'étayer.

Apple

  • Apple a l'intention d'exiger que toutes les applications pour MacOS reçoivent son approbation préalable.

    Proposer un service de vérification en option serait légitime et pourrait avoir son utilité. En revanche, exiger des utilisateurs qu'ils reçoivent l'approbation d'Apple est de la tyrannie. Apple dit que cette vérification ne fera que rechercher les programmes malveillants (à l'exclusion de ceux qui font partie du système d'exploitation), mais Apple pourrait modifier cette pratique petit à petit, ou peut-être inclure parmi les programmes malveillants toute application qui ne plaît pas à la Chine.

    Pour le logiciel libre, cela signifie que les utilisateurs devront obtenir l'approbation d'Apple après compilation. Cela équivaut à un système de surveillance de l'utilisation des programmes libres.

  • iOS, le système d'exploitation des iTrucs d'Apple, est une prison. C'est Apple qui la première a conçu des ordinateurs polyvalents intégrant la censure des programmes d'application.

    Voici un article sur la signature du code que les iTrucs utilisent pour enfermer l'utilisateur.

    Curieusement, Apple commence à permettre un passage limité à travers le mur de la prison des iTrucs : les utilisateurs peuvent maintenant installer des applis compilées à partir du code source, à condition que ce dernier soit écrit en Swift. Ils ne peuvent pas le faire librement, car ils sont obligés de s'identifier. Voici les détails. C'est une lézarde dans le mur, mais elle n'est pas assez large pour que les iTrucs ne soient plus des prisons.

Exemples de censure par les prisons d'Apple

Microsoft

Consoles de jeu

Aucun jeu ne peut s'exécuter sur une console à moins que le fabricant de la console ne l'ait autorisé. Nous n'avons hélas pas pu trouver d'article à citer en référence. Si vous en connaissez un, merci de nous en informer.

RETOUR

 [Logo de la FSF] « La Fondation pour le logiciel libre (FSF – Free Software Foundation) est une organisation à but non lucratif dont la mission est de promouvoir au niveau mondial la liberté d'utiliser l'informatique. Nous défendons les droits de tous les utilisateurs de logiciel. »

ADHÉRER FAIRE DES ACHATS