English [en]   Deutsch [de]   français [fr]   italiano [it]   日本語 [ja]   русский [ru]  

[Traduit de l'anglais]

Surveillants privateurs

Le logiciel non libre (privateur) est très souvent malveillant (conçu pour maltraiter les utilisateurs). Il est contrôlé par ses développeurs, ce qui les met en position de pouvoir vis-à-vis des utilisateurs ; c'est l'injustice de base. Les développeurs exercent souvent ce pouvoir au détriment des utilisateurs qu'ils devraient servir.

Ce document tente de recenser les cas clairement établis de logiciels privateurs espionnant l'utilisateur ou le suivant à la trace.

Autres exemples de malveillance dans le logiciel privateur

Introduction

Depuis des décennies, le mouvement du logiciel libre dénonce le dispositif de flicage mis en place par des éditeurs de logiciel privateur comme Microsoft et Apple. Les années récentes ont vu cette tendance à observer les gens gagner l'ensemble de l'industrie, non seulement du logiciel mais aussi du matériel. En outre, elle s'est propagée de façon spectaculaire du clavier d'ordinateur à l'informatique mobile, au bureau, à la maison, aux systèmes de transport et à l'école.

Agrégation de données

Beaucoup d'entreprises ont des clauses de confidentialité où elles prétendent partager avec des tiers des informations sans caractère personnel. Ces prétentions sont sans valeur, pour plusieurs raisons :

Par conséquent, nous ne devons jamais prêter la moindre attention à ce que ces entreprises disent qu'elles vont faire avec les données qu'elles recueillent. Leur tort principal est de les recueillir.

Ajouts récents

Les ajouts récents se trouvent au début de chaque catégorie

Espions dans les systèmes d'exploitation

(#OSSpyware)

Windows

(#SpywareInWindows)

Le flicage des utilisateurs par Microsoft n'a pas commencé avec Windows 10. Il y a bien d'autres logiciels Microsoft malveillants.

MacOS

(#SpywareInMacOS)

Il y a bien d'autres espions dans les iTrucs, et bien d'autres logiciels Apple malveillants.

Android

(#SpywareInAndroid)

Espions dans les mobiles

(#SpywareOnMobiles)

Téléphones

(#SpywareInTelephones)

Applications mobiles

(#SpywareInMobileApps)

Jouets

(#SpywareInToys)

Espions de bas-niveau

(#SpywareAtLowLevel)

Espions sur le lieu de travail

(#SpywareAtWork)

Skype

(#SpywareInSkype)

Espions sur la route

(#SpywareOnTheRoad)

Appareils photo et caméras

(#SpywareInCameras)

Véhicules

(#SpywareInVehicles)

Espions à la maison

(#SpywareAtHome)

Téléviseurs

(#SpywareInTVSets)

L'humoriste américain Emo Phillips racontait l'histoire suivante : « L'autre jour une dame m'a abordé pour me dire “Est-ce que je ne vous ai pas déjà vu à la télévision ?” J'ai répondu : “Je ne sais pas, on ne peut pas voir dans l'autre sens.” » À l'évidence, c'était avant qu'Amazon ne sorte ses téléviseurs « intelligents » ou « connectés ».

Espions dans les jeux

(#SpywareAtPlay)

Espions sur le web

(#SpywareOnTheWeb)

Beaucoup de sites web espionnent leurs visiteurs. Les sites web ne sont pas des programmes, aussi n'est-il pas pertinent de les qualifier de « libres » ou de « privateurs » (propriétaires), mais ce flicage constitue malgré tout un abus.

Chrome

(#SpywareInChrome)

Flash

(#SpywareInFlash)

Une autre méthode de profilage fait usage de code JavaScript.

Espions partout

(#SpywareEverywhere)

Notes de traduction
  1. Free veut dire « libre », mais aussi « gratuit ». 
  2. Commission fédérale du commerce. 

HAUT DE LA PAGE


[logo de la FSF]« Notre mission est de préserver, protéger et promouvoir la liberté d'utiliser, étudier, copier, modifier et redistribuer les programmes informatiques, et de défendre les droits des utilisateurs de logiciel libre. »

La Fondation pour le logiciel libre (FSF) est le principal sponsor institutionnel du système d'exploitation GNU. Soutenez GNU et la FSF en achetant des manuels et autres, en adhérant à la FSF en tant que membre associé, ou en faisant un don, soit directement à la FSF, soit via Flattr.